LE VENT SE LÈVE...!

Tiers lieu d'art et de culture

"On ne transformera pas le monde si on ne transforme pas les imaginaires" Édouard Glissant

ACTUALITÉS

Vendredi 28 avril

Le vent ne soufflera pas de coïncidence le vendredi 28 avril, faute d’éoliennes.

Samedi 22 Avril

Qu’est-ce qu’une école « accueillante » ?

Notre école a du mal avec l’altérité et la diversité, elle est trop souvent une école du même et de la réduction au même. Comment penser une école capable d’accueillir « l’autre », de reconnaître la diversité et la singularité de chacun, et d’en former un en-commun ? 

 

Le séminaire se tiendra de 9h30 à 12h30

La participation est gratuite pour les membres de l’association « Le sujet dans la Cité »,

elle est de 10 € pour les non membres (5 € pour les étudiants et les non-salariés)

L’inscription doit se faire impérativement auprès de Anne Dizerbo

anne.dizerbo@lesujetdanslacite.com

LES VENDREDIS

Coïncidences du vendredi 21 Avril

Coïncidences du vendredi 21 Avril

Ce que le vent a soufflé ce vendredi : Lecture du livre « Enfant de notre temps » de Rachid Belkaïd Enregistrer...

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

 

 

CE QU’ON TIENT À DIRE, A FAIRE VOIR OU ENTENDRE

positions, colères, désirs, regards, enjeux

 

2017. On s’est dit qu’on allait bien faire les choses. Pas sauter de joie, ni vous inviter à le faire sur cette seule raison: 2017. Pas non plus vous faire le coup dépressif d’une année épouvantable qui pointe le nez avec des urnes funestes, de la terreur dans la rue, et d’autre réjouissances annoncées: 2017. Alors, ne sachant comment faire, on s’est tourné vers les marchands de voeux et là, quelle insouciance de notre part, il n’y avait plus rien ou presque, à part quelques souhaits avariés et peu ragoûtants.

 

Lire la suite

On a envie de partager ça:

Pour ceux qui souhaitent suivre les déambulations que nous avons menées avec la Fédération de la Ligue de l’Enseignement autour du projet des Criées Citoyennes, ça se passe ici.

Une balade subjective dans les questions sociales et politiques qui hantent notre époque. La rue, comme on dit, y parle de ses voix multiples par fragments. Paroles tantôt construites (criées) tantôt saisies (balade sonore). Avec une mise en image de Elena Erhél. Merci à Olga pour son minutieux travail de coordination et à la Fédération de Paris la Ligue de l’Enseignement pour avoir rendu cet OVNI possible.

 

 

 

 

A LIRE SANS MODÉRATION

Feuilles Volantes Que nous est-il arrivé? Que nous arrive-t-il? Politique, art, culture, société
« Un monde sans esprit : la fabrique des terrorismes » de Roland Gori

« Un monde sans esprit : la fabrique des terrorismes » de Roland Gori

« Et si l’art était le meilleur antidote à notre monde sans esprit ? Et si entendre Albert Camus, Stefan Zweig...

Chomsky, sur Trump…

Chomsky, sur Trump…

        Lien vers l’article d’origine Nous vivons des moments critiques et dangereux. Le néolibéralisme est toujours la doctrine...

L’Insatiable

L’Insatiable

APRÈS CASSANDRE, VIVE L’INSATIABLE !   Vous l’avez compris, Cassandre/Horschamp se situe à un carrefour déterminant de son existence où une...

Y ÊTRE

Y ÊTRE

(après le 13 novembre 2015) Depuis quelques semaines, certains semblent retrouver de l’intérêt pour la culture, pour l’éducation, pour des...

NOS PRODUCTIONS D’IMAGE

A VOUS DE VOIR…

 

Court métrage produit au sein du Vent Se Lève! dans le cadre du stage effectué par Christopher Delaunay, stagiaire de la formation professionnelle au sein de l’E2C de Villebon-sur-Yvette.

 

 

 

 

 

 

NOTRE HOMMAGE

Armand Gatti, Poète, écrivain, dramaturge, cinéaste, depuis 70 ans, Armand Gatti était un auteur engagé prolifique. Entré dans la Résistance à l’âge de 16 ans par amour pour une amie juive déportée, ce fils d’immigrés d’Italie du Nord n’a pas varié dans ses choix de vie. Il est décédé le 06 avril 2017.

Armand Gatti est une des quatre personnes mises en valeur dans film « Instincts de résistance ».Aux côtés de Stéphane Hessel, Pierre Daix et Serge Silberman, il livre les raisons de son combat. Pour cet artiste, qu’un poème a conduit à s’opposer aux nazis et a rejoindre le maquis de Tarnac en Corrèze, ce qui reste essentiel c’est le maquis des mots.