0177359436

LE VENT SE LÈVE...!

Tiers lieu d'art et de culture

"On ne transformera pas le monde si on ne transforme pas les imaginaires" Édouard Glissant

# ne pas rater


Les résidents comédiens de la rue Hemet d’Aubervilliers continuent leur voyage avec nous. Après la première présentation, il y a quelques jours, du premier épisode du Voyage au Pôle de la Cie IPQR, avec eux, voici un documentaire de Jean Pierre Vrignaud sur le début de leur épopée avec nous. A ne pas rater, si vous souhaitez approcher notre façon de créer en commun.


« Les Rolotos », documentaire court de Jean Pierre Vrignaud, 20 mn

Djaffer, Ahmed et Mohand vivent dans un foyer à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Trois immigrés solitaires, loin de leur famille depuis des décennies. Personne ne les voit, personne ne les écoute. Jusqu’au jour où ils rejoignent un atelier d’improvisation théâtrale…

Un premier film de Jean-Pierre Vrignaud, réalisé dans le cadre des Ateliers Varan, à l’automne 2018, dans le foyer Adef de la rue Hemet, à Aubervilliers, et au théâtre Le Vent se Lève, à Paris.

 

 

 

 

 

 

#le vent, c’est quoi…

NOS SOUTIENS

#programmation

Inscrivez vous à notre Newsletter !

Pour être au courant de ce qui se passe au Vent se Lève!

« La Parisiana », milonga tous les vendredis soirs, 20h

Voilà le Tango qui revient avec Arno

#chantiers de l’année

#CHANTIERS

Les Créatifs Chroniques racontent la fin du monde, les lundis à 18h

LES PETITS RÉCITS DE NOS FINS DU MONDE CONTINUENT!

Le Voyage au Pôle/ Création/Aubervilliers

Création théâtrale et plastique avec des résidents de Foyers à Aubervilliers    

Le Musée vivant et éphémère des Migrations

Des résidents d’un Foyer abritant des travailleurs migrants fabriquent avec nous un Musée Vivant de leurs histoires de migration. Simplement...

La Bibliothèque des « mineurs » de la Maison d’arrêt de Villepinte

    A partir de novembre 2018, nous assurerons la mission d’accompagner la création de la bibliothèque du quartier mineur...

# NOUVELLES TENTATIVES

Les formations numériques

Science-Frictions, avec le Conservatoire des Arts et Métiers

Une nouvelle collaboration avec l’Equipe Innovation, sciences et techniques du Conservatoire National des Arts et Métiers qui démarrera en octobre…on...

#une image par semaine


Une image par semaine….

est mise en ligne chaque jeudi, créant un espace de création partagée autour de la série « LA NUIT HANTÉE » de la photographe  en résidence au Vent se Lève…!. Les images se succèderont, disparaîtront, laissant la place à d’autres, instaurant ainsi une traversée de la vie dans l’éphémère des choses, la fragilité de la mémoire et la remontée des réminiscences.

Chacun pourra se saisir d’une image et déployer une parole personnelle sous forme d’une photographie ou/et d’un texte en l’associant à des moments de son histoire et l’envoyer à : contact@christine-delory.com

Biographie

Christine Delory-Momberger est universitaire, essayiste et artiste photographe. Elle mène depuis 2010 un travail photographique sur l’intime, la mémoire, l’histoire personnelle et collective dans lequel elle mêle dans un geste intuitif photographies personnelles ou anonymes, images d’archives et images récentes. Elle fouille l’image dans une incessante quête, tentant de traverser la fixité de sa surface, d’aller au-delà de l’étale de ce qu’elle montre à voir pour toucher l’enfoui, le profond, l’inouï. De nouvelles images surgissent alors, s’assemblent et forment une histoire incertaine, hantée, tendue d’une violence sourde.

    Au titre de son intérêt pour le biographique et de sa relation à la photographie, elle a de nombreuses publications sur la photographie et intervient régulièrement dans des congrès internationaux.

www.christine-delory.com

 

 

 

NUIT 3

se heurter

se cogner

s’épuiser

au creux

de la nuit

des figures

passent

insaisissables

tremblées

marquées

des incises

de l’oubli

 

 

la nuit hantée

carnets

du creux de la nuit monte une nuit plus profonde encore, livrant le passage aux images enfouies, ensevelies dans la retenue de l’oubli. Elles filent, tendues, spectrales, brouillant les frontières de l’absence et du temps, elles s’élèvent, impactent le sommeil de leurs ombres épaisses, disparaissent. Les jours gardent l’empreinte de leur tracé fugace. Revenues des lointains d’une mémoire troublée, des images se mêlent à des surgissements inouïs bouleversant l’ordre ténu d’un vivre. Ces carnets sont le journal des nuits hantées où la veille et le sommeil se confondent et se lient, ouvrant la voie du tréfond.