0177359436

LE VENT SE LÈVE...!

Tiers lieu d'art et de culture

"On ne transformera pas le monde si on ne transforme pas les imaginaires" Édouard Glissant

# ne pas rater


 

 

Photographie de Christine Delory-Momberger, artiste résidente au Vent se Lève…!

 

LA BIBLIOTHÈQUE DES « MINEURS » DE LA MAISON D’ARRÊT DE VILLEPINTE ouvre le 6 mai...

Nous assurons la mission d’accompagner la création de la bibliothèque du quartier mineur de la Maison d’arrêt de Villepinte et de l’animer.

Avec la PJJ 93, la DRAC Île de France, Le Centre National du Livre, la Ville de Tremblay-en-France.

Nous sommes des « créateurs de circonstances » disait Fernand Deligny, de circonstances et de rencontres. Nous n’avançons que par rencontres, avec des hommes et des femmes, des livres, des images…

La bibliothèque peut-être un lieu possible pour des jeunes gens qui n’ont pas connu ces rencontres « ascendantes », pour le dire ainsi: rencontres entre les jeunes et quelques « Quarks » d’Ignacio Charraldé *, des humains porteurs d’autres formes d’engagements, d’autres imaginaires et qui chacun à leurs façons, ont pris d’autres voies que les voies ordinaires, ont « embarqué » pour des destinations qui ne leur étaient pas toujours ouvertes au départ. Personnalités emblématiques (auteurs, personnalités scientifiques, ou issus de secteurs très différents de la vie), mais aussi les passionnés de toutes sortes…Il s’agira bien entendu de trouver les conditions d’une collision entre les idées, les pensées, les émotions issues de ces rencontres. Collision (une friction pourra suffire…) entre des particules, possiblement créatrices d’énergies insoupçonnées…

 

*Les Quarks humains

« …elles et ils façonnent, fabriquent, créent, cuisinent, escaladent, gueulent, accueillent, inventent, s’acharnent, tissent, s’entêtent, s’ouvrent, résistent, labourent, conçoivent, parcourent, compliquent, creusent, tracent, cueillent,  rappellent, explorent, défrichent, étonnent, insistent, simplifient ou s’endorment tard, épuisés, n’ont jamais rien lâché, ont fait confiance à l’humanité, ont cru au meilleur, ont embrassé le monde, marché sur les nuages, fait cent fois le tour de la terre, mille fois le tour d’une question, ont répété sans cesse, ont accéléré leur vie, ou les premiers de cordée, les marathoniens immobiles, ou pas, les capitaines de navires, les avant-coureurs, les singuliers, les impénitents, les divergents, les acrobates, les insatisfaits d’eux-mêmes, les bâtisseurs de toutes sortes de cathédrales, les empêcheurs de laisser-faire… »

Ignacio Charraldé,  (Los Quarks Humanos, Elisondo, circa 1999)

 

 


 

 

 

 

#le vent, c’est quoi…

#programmation

EX_ILS 19 mai, 19h, Ciconia Théâtre

Nous avons voulu écrire sur l’exil qui est partout celui de nos élèves de théâtre, venant de traverser la Méditerranée,...

Inscrivez vous à notre Newsletter !

Pour être au courant de ce qui se passe au Vent se Lève!

« La Parisiana », milonga tous les vendredis soirs, 20h

Voilà le Tango qui revient avec Arno

#chantiers de l’année

#CHANTIERS

Les Créatifs Chroniques racontent la fin du monde, les lundis à 18h

LES PETITS RÉCITS DE NOS FINS DU MONDE CONTINUENT!

RadioActive à la Maison d’Arrêt de Villepinte

En préparation

Du théâtre radiophonique en détention

En préparation

Le Voyage au Pôle/ Création/Aubervilliers

Création théâtrale et plastique avec des résidents de Foyers à Aubervilliers    

Le Musée vivant et éphémère des Migrations

Des résidents d’un Foyer abritant des travailleurs migrants fabriquent avec nous un Musée Vivant de leurs histoires de migration. Simplement...

La Bibliothèque des « mineurs » de la Maison d’arrêt de Villepinte

    A partir de novembre 2018, nous assurerons la mission d’accompagner la création de la bibliothèque du quartier mineur...

# NOUVELLES TENTATIVES

Les formations numériques

Théâtre et neurodiversités, un Festival?

Contenu en cours de préparation….

Science-Frictions, avec le Conservatoire des Arts et Métiers

Une nouvelle collaboration avec l’Equipe Innovation, sciences et techniques du Conservatoire National des Arts et Métiers qui démarrera en octobre…on...

#une image par semaine


Une image par semaine….

est mise en ligne chaque jeudi, créant un espace de création partagée autour de la série « LA NUIT HANTÉE » de la photographe  en résidence au Vent se Lève…!. Les images se succèderont, disparaîtront, laissant la place à d’autres, instaurant ainsi une traversée de la vie dans l’éphémère des choses, la fragilité de la mémoire et la remontée des réminiscences.

Chacun pourra se saisir d’une image et déployer une parole personnelle sous forme d’une photographie ou/et d’un texte en l’associant à des moments de son histoire et l’envoyer à : contact@christine-delory.com

Biographie

Christine Delory-Momberger est universitaire, essayiste et artiste photographe. Elle mène depuis 2010 un travail photographique sur l’intime, la mémoire, l’histoire personnelle et collective dans lequel elle mêle dans un geste intuitif photographies personnelles ou anonymes, images d’archives et images récentes. Elle fouille l’image dans une incessante quête, tentant de traverser la fixité de sa surface, d’aller au-delà de l’étale de ce qu’elle montre à voir pour toucher l’enfoui, le profond, l’inouï. De nouvelles images surgissent alors, s’assemblent et forment une histoire incertaine, hantée, tendue d’une violence sourde.

    Au titre de son intérêt pour le biographique et de sa relation à la photographie, elle a de nombreuses publications sur la photographie et intervient régulièrement dans des congrès internationaux.

www.christine-delory.com

 

 

 

NUIT 3

se heurter

se cogner

s’épuiser

au creux

de la nuit

des figures

passent

insaisissables

tremblées

marquées

des incises

de l’oubli

 

 

la nuit hantée

carnets

du creux de la nuit monte une nuit plus profonde encore, livrant le passage aux images enfouies, ensevelies dans la retenue de l’oubli. Elles filent, tendues, spectrales, brouillant les frontières de l’absence et du temps, elles s’élèvent, impactent le sommeil de leurs ombres épaisses, disparaissent. Les jours gardent l’empreinte de leur tracé fugace. Revenues des lointains d’une mémoire troublée, des images se mêlent à des surgissements inouïs bouleversant l’ordre ténu d’un vivre. Ces carnets sont le journal des nuits hantées où la veille et le sommeil se confondent et se lient, ouvrant la voie du tréfond.