Zone libre d'art et de culture, éthique et solidaire

LE VENT SE LÈVE...!

B0A0751-e1511284466206.jpg

LE VENT SE LÈVE...!

Zone libre d'art et de culture, éthique et solidaire
Inscription à notre lettre d'info.Contactez nous!

« On ne transformera pas le monde si on ne transforme pas les imaginaires » Edouard Glissant

Tout savoir sur le Vent...

Programmation, chantiers, ressources, créations...

Programmation

Spectacles, évènements, séminaires, concerts... Novembre et Décembre

Les Vidéos du Vent

Fictions, documents bruts

Une fabrique d'art et de culture

Une zone libre, éthique et solidaire

Ressources, textes en libre accès

Articles théoriques, textes de théâtre, nos editions,... à lire et télécharger

Artistes résidents permanents

Créations
histoires...

Les chantiers

Chantiers en détention, sas de création numérique, créations partagées

A suivre...

Le blog du musée éphémère : Vies Migrantes

Près de deux ans de travail avec les résidents du Foyer ADEF de Chevilly-Larue

Blog du Musée Vivant des Migrations

Vies Migrantes, le Musée éphémère vient d’ouvrir !

Visages d’exil (1964-1985)

Visages d’exil du Foyer ADEF. Archives de fiches administratives entre 1964 et 1985

Passages au Foyer

https://vimeo.com/372010216

Carnet de bord 2 – avril/juin 2019

Ce blog représente le carnet de bord du travail mené au Foyer ADEF de Chevilly-Larue depuis plusieurs mois. Nous sommes parvenus à un stade de déploiement du projet qui justifie ces publications. Elles seront rédigées par les acteurs du projet du Musée Ephémère Vivant des Migrations.

Léopold le dessinateur-4 avril 2019

Léo, eh toi ! jeune homme ! qu’es-tu venir faire ici ? Léopold répond à l’invitation qui lui a été faite de s’immerger dans cet étrange univers du Foyer, ses murs abîmés par le temps, ses résidents fugitifs qui passent vite et semblent aller se dissimuler dans leurs chambres secrètes. Il trace vite, très vite […]

Madifing, le Foyer de père en fils…-11 avril 2019

Il a rejoint son père en 1985 au Foyer de Chevilly et depuis ne l’a plus quitté. Aujourd’hui, il vit encore avec ce père désormais souffrant, et s’occupe de lui au quotidien. Et il aimerait tant que sa famille le rejoigne, que ses propres enfants aient la même chance de s’instruire et de travailler, d’échapper […]

Le théâtre revient au Bout du Monde ! – 18 avril 2019

Oui, une fois, c’est possible. Mais recommencer…retrouver l’énergie… reprendre la rencontre là où on la laissée….de nouvelles personnes, d’autres comédiens…on se demande si c’est la bonne fortune qui a rassemblé tout le monde lors de la séance précédente. Alors, on refait de même. Décors improvisé. Sièges de spectateurs rapidement installés. On attend. Personne. Mais on […]

Le Bout du Monde, théâtre de passage-15 avril 2019

La Cie IPQR, comédiens et metteurs en scène, ont commencé à installer dans la salle commune, leurs personnages et leurs histoires. Avec les résidents du Foyer Hémet d’Aubervilliers, ils ont déjà créé un spectacle, « Un si Long Voyage », et continuent cette année par une nouvelle création, « Le Voyage au Pôle ». Ils sont venus improviser une […]

Impromptu italien entre Mr Boris et Mr Bourhzal-7 avril 2019

Il ont l’Italie en commun, et la langue et des moments de vie dans la plaine du Pô. Alors les mots reviennent chanter dans la conversation inattendue de deux voyageurs qui goûtent le plaisir de la langue comme comme on se délecte d’un Minestrone. Pas de sous-titre, mais on comprend l’essentiel entre les rires.

L’interview de Monsieur Boris – 11 avril 2019

Monsieur Boris rencontre au Foyer une jeune journaliste stagiaire. Pas facile pour elle. Pas facile pour lui d’avoir à expliquer sa situation, son retour dans les lieux d’une jeunesse effacée. Peut-elle m’aider à retrouver la mémoire ?

Carnet de bord – janvier/mars 2019

Ce blog représente le carnet de bord du travail mené au Foyer ADEF de Chevilly-Larue depuis plusieurs mois. Nous sommes parvenus à un stade de déploiement du projet qui justifie ces publications. Elles seront rédigées par les acteurs du projet du Musée Ephémère Vivant des Migrations. Les metteurs en scène, Hélène Labadie et Jean Pierre Chrétien-Goni, les auteurs Abdou Mourahib et Ignacio Charraldé, la plasticienne Pilar Perez, la scénographe Anne Buguet, les photographes  John Wind, Christine Delory-Momberger, Mohamed Ali, le dessinateur Léopold Prudon, le comédien Benoît Hamelin. Chacun à sa façon, à son rythme, dans le souci de rendre compte du lien de création avec les résidents. Toute l’équipe travaille dans ce sens: trouver les conditions de la parole des résidents, de leurs mémoires dans le Foyer, de leurs souvenirs d’exilés, afin de construire avec eux ce Musée Vivant comme oeuvre collective.

Boris cherche ses souvenirs perdus – 17 mars 2019

Boris a vécu au Foyer il y a bien longtemps. Nous l’avons rencontré, un peu perdu, avec sa petite valise bleue. Il était à l’entrée du Foyer et voulait parler à des gens qui peut-être l’avaient connu avant sa perte de mémoire concernant la période de sa présence au Foyer dans les années 90. Il a aujourd’hui une autre vie et il voudrait se rappeler, retrouver les souvenirs de cette époque. Alors, il demande à ceux qu’il rencontre au hasard. Il fait appel à ceux qui pourraient l’aider à reconstituer une part d’identité perdue. Et d’une certaine façon, Boris nous aide bien à faire notre travail de mémoire. Il a accepté que nous le suivions dans ses rencontres avec les résidents. Il est devenu un explorateur de mémoire collective.

Dessins du foyer – 13 mars 2019

Premières images pour une bande dessinée sur le foyer de travailleurs migrants de Chevilly-Larue. Léopold Prudon

Founé Traoré, la longue histoire du Foyer – 6 mars 2019

Il est un des plus anciens résidents du Foyer, et en porte la longue histoire. Sa longue histoire de travail, son voyage depuis la Région de Cayes au Mali jusqu’à Chevilly. Un homme de sagesse, sans doute, posé devant la caméra, avec un regard clair sur son passé d’exil.

La grande traversée – 28 février 2019

Demba Camara est arrivé au Foyer il y a peu de temps. Il fait partie de ceux qui ont fui la misère vers la Lybie, franchi la Méditerranée dans des embarcations surchargées, puis l’Italie, la France, Chevilly. Arrivé vivant, il raconte son odyssée. Et comme il le dit: « c’est difficile ». Il est fatigué, au sortir d’une journée commencée à l’aube, mais il nous donne une peu de temps et promets de revenir avec « tant d’autres choses à dire ».

Un sourire qui s’accroche à la vie: Hassan Soliman – 6 février 2019

De l’Egypte à la rue Mouffetard…dans le ventre des cuisines surchauffées.  Hassan Soliman ne manque jamais de venir nous rencontrer. Nous avons, avec Hélène et Abdou, déjà tant parlé avec lui. Il nous a ouvert la porte avec beaucoup de tranquillité et de confiance. John Wind a pu faire chez lui les premières photos d’intérieur des chambres et des cuisines qu’il va proposer aux autres résidents; pour qu’ils gardent des images souvenirs de ces lieux où ils ont passé de si nombreuses années. Peut-être accepteront-ils qu’elles figurent dans le Musée à venir, comme témoignage de leurs vies, mais ce seront d’abord leurs images, leurs souvenirs. Ils décideront.

Le théâtre de Monsieur AbdelHamid – 15 février 2019

Il est arrivé devant la caméra. Il s’est invité. Tonitruant, vitupérant, précis, si précis dans ses gestes et ses intentions. Du théâtre. Rien à dire de plus. Comme une leçon, malgré ses 89 ans. Et il est question de solitude, d’un monde difficile, pour le dire ainsi, si inhospitalier. Mais il le répète: rester poli. Toujours rester poli dans un monde hostile. Chaque fois que nous nous croisons, avec AbdelHamid Hamoud, nous nous embrassons comme de vieilles connaissances. Et il m’invite toujours à aller danser avec lui, où qu’on soit, même sur le trottoir de l’avenue devant le Foyer. Oui, j’ai le sentiment de connaître avec lui un véritable « trésor national »; lui qui est arrivé dans les années 60 dans le sud de la France et a traversé 50 années de travail dans un pays qui ne le voit plus. Et pourtant est-il invisible cet homme de scène?

Après la prière. 15h30 – 30 janvier 2019

Un moment particulier entre deux rituels où les hommes du foyer restent ensemble. C’est ainsi qu’ils abordent le temps qu’il leur reste. Abdou Mourahib, un des auteurs de notre équipe, a ouvert un salon de thé éphémère dans la salle commune, en face de la salle de prière. Un groupe de 5 ou 6 hommes s’y retrouve avec nous, juste pour passer un moment. Un temps de conversation, de tout et de rien. Et, sans rien forcer, nous disons deux trois mots de ce que nous préparons. Pas de pression à faire où à dire. C’est la méthode…

Méthode ? – 20 janvier 2019

Rien dans la résidence n’est possible en contrariété avec son rythme, son temps. Les urgences de faire sont les nôtres. Pas celle des résidents. On appelle désormais cette manière de faire: la méthode café ou thé pour certains. Prendre le temps de rencontrer, d’écouter des paroles qui viennent sans qu’on les presse. Comme au Foyer Hémet d’Aubervilliers. Faire le tour des cuisines. Ne rien brusquer et laisser filer la conversation. Accepter le silence du temps qui passe. Sans projet. Juste des tentatives d’être avec eux. Assis côte à côte, à ne rien attendre que la prochaine minute. Et les dessins de Léopold Prudon finissent par intriguer. Il est patient lui aussi, de la patience des crayons qui tracent. Il n’a pas besoin d’expliquer. Ils comprennent.

Un homme tranquille – 16 janvier 2019

Un entretien avec Monsieur Diallo, vraiment « un homme tranquille ». L’exil a ses règles. Il faut être conséquent avec se situation. Pas de vagues. Tout doit être à sa place. Certe, tout n’est pas si simple. Loin de sa famille, des enfants qui font souci pour leur avenir. Mais comment être père « de loin »  quand on habite loin des siens? Et d’autres choses de la vie…

Résidence photographique

Une image par mois, de la photographe Christine Delory-Momberger

Ils rendent possibles nos actions

Nos partenaires, nos soutiens